Notions de base

Le VIH, ou Virus de l’Immunodéficience Humaine, est une type de virus qui peut causer une maladie appelée SIDA (syndrome de l’immunodéficience acquise). L’infection au VIH atteint le système immunitaire, c’est-à-dire les défenses naturelles du corps contre la maladie. L’état immunitaire d’une personne est classiquement mesuré par les cellules CD4.

L’immunodéficience entraîne une augmentation de la sensibilité à un grand nombre d’infections et de maladies, notamment les cancers, que l’on peut combattre normalement avec un système immunitaire sain. Le stade le plus avancé de l’infection à VIH est le sida, qui peut apparaître au bout de 2 à 15 ans selon le cas. Ce stade se définit par l’apparition de certains cancers, d’infections et d’autres manifestations cliniques sévères.

Le VIH se transmet par le contact étroit et non protégé avec les liquides organiques d’une personne infectée :

  • Le sang
  • Les Spermatozoïdes
  • Les secrétions vaginales
  • Le lait maternel

Ainsi, trois (03) modes de transmission ont été observés :

Transmission sexuelle

Le VIH est présents dans le sperme et les secrétions vaginales. Ils sont transmis lors d’un rapport sexuel non protégé (sans préservatif) notamment lors d’une pénétration anale ou vaginale. Ce mode de transmission est le plus répandu actuellement.

Transmission sanguine

La transmission du VIH par le sang est effectué lors :

  • D’une transfusion de sang ou de dérivés sanguins,
  • D’exposition accidentelle au sang et aux liquides biologiques infectés (personnel de santé)
  • D’un usage de drogues par voie intraveineuse (toxicomanes).

La transmission par transfusion de sang ou de dérivés sanguins est devenue presque nulle suite au dépistage systématique lors de dons de sang, et aux améliorations techniques liées au dépistage.

Transmission mère-enfant

Elle a lieu surtout pendant l’accouchement. Elle peut également survenir en fin de grossesse et lors de l’allaitement.

  • Poignée de main,
  • La sueur ou les larmes
  • Les insectes
  • Les sièges des toilettes
  • Le partage de vêtement et de nourriture
  • La piscine

Le VIH peut être inhibé par la thérapie antirétrovirale consistant à associer 3 médicaments antirétroviraux (ARV), voire plus. Cette thérapie ne guérit pas l’infection mais arrête efficacement la réplication virale dans l’organisme et permet au système immunitaire de se renforcer et de regagner le pouvoir de combattre les infections.

Le diagnostic de l’infection à VIH est surtout sérologique chez l’enfant (de plus de 18 mois) et chez l’adulte. Il est basé sur la détection d’anticorps synthétisés par l’organisme contre les antigènes ou protéines de structure du VIH.

Les tests de dépistage habituellement utilisés font appel aux réactions immuno-enzymatiques (ELISA ou EIA) et/ou aux tests simples/rapides.

Le test de dépistage doit être volontaire et il faut reconnaître le droit de la personne à le refuser. Le dépistage obligatoire ou contraint par un prestataire de soins, une autorité, un partenaire ou un membre de la famille n’est pas acceptable, car il compromet les bonnes pratiques de la santé publique et constitue une violation des droits de l’homme.

Fidélité et abstinence

Cela revient à éviter tout rapport sexuel avec une personne dont on ignore la sérologie au VIH et autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Utilisation du préservatif masculin ou féminin

L’usage correct et régulier des préservatifs masculins ou féminins pendant la pénétration vaginale ou anale protège de la propagation des infections sexuellement transmissibles, parmi lesquelles le VIH. D’après les données connues, les préservatifs masculins en latex ont une efficacité protectrice d’au moins 85% contre la transmission sexuelle du VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Dépistage du VIH et des infections sexuellement transmissibles

Le dépistage du VIH et des autres IST est fortement conseillé à tous ceux qui sont exposés à n’importe lequel des facteurs de risque, de façon à ce qu’ils connaissent leur état infectieux et accèdent sans retard aux services de prévention et de traitement

Réduction des risques pour les consommateurs de drogues injectables

Les personnes qui s’injectent des drogues peuvent prendre des précautions pour ne pas contracter le VIH en utilisant à chaque injection du matériel stérile, notamment les aiguilles et les seringues, et en ne partageant pas le reste du matériel, ni les solutions de drogues.

Élimination de la transmission mère-enfant (ETME)

On appelle transmission verticale ou transmission mère-enfant (TME) la transmission du VIH par une mère séropositive à son enfant au cours de la grossesse, du travail, de l’accouchement ou de l’allaitement. En l’absence de toute intervention lors de ces circonstances, les taux de transmission se situent entre 15 et 45%. On peut prévenir totalement la TME si on donne à la mère comme à l’enfant le traitement ARV ou une prophylaxie antirétrovirale à tous les stades où l’infection peut se produire.

NOUS CONTACTER

SUIVEZ NOUS

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez rien de notre actualité.

NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter Pour recevoir les dernières informations.